English versionInadmissible, l'INCa veut mettre en place une censure de l'information sur les cancers !

En qualifiant d'infox l'expression de doutes sur le rapport bénéfices/risques du dépistage du cancer du sein, l'INCa réalise le 1er acte d'une stratégie qui se propose d'instaurer une censure des sites d'information sur les cancers.

La stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021 - 2030 prévoit la lutte contre les infox. Et, bien sûr, l'INCa est pilote de cette action (cf l'extrait du document « Stratégie décennale de lutte contre les cancers_actions initiées en 2021-1.pdf » ci-dessous)

Extrait de document

Dans le cadre de ce point « 1.2.3 Mettre en place un dispositif de lutte contre les Fake news », les intentions de l'INCa sont claires. On peut lire sur le site de l'INCa :
« Un dispositif de lutte contre les fake news réactif sera structuré. Il permettra d’éclairer les personnes face aux polémiques susceptibles de concerner les différents champs du cancer : prévention primaire, dépistage, traitements et soins complémentaires.
Par ailleurs, sans que ce soit limité au champ du cancer, la création d’un dispositif type « CSA santé » sera étudiée, pour instaurer des règles en matière d’information en santé, prévues dans un accord-cadre avec les hébergeurs de contenus (médias, réseaux sociaux) pour qu’ils fassent un travail d’élimination des fake news identifiées par un collège d’experts.»

Tout est dit ; il suffit de lire.

Eclairer les personnes face aux polémiques susceptibles de concerner le dépistage. Et hop, toute contestation de l'intérêt du dépistage du cancer du sein est qualifiée d'infox, quand bien même elle serait étayée par des études scientifiques de bon niveau.

Créer un dispositif type "CSA santé" pour instaurer des règles et exiger des hébergeurs de contenus l'élimination de ce que l'INCa aura qualifié d'infox. Si ce n'est pas de la censure, ça y ressemble sacrément ...
Certes dans le texte, c'est un collège d'experts qui doit désigner les infox et l'INCa va nous jurer, la main sur le coeur, que ces experts seront choisi pour leur indépendance et leur neutralité. Mais qui pourrait croire cette promesse quand on voit que l'INCa confond depuis des années information sur le dépistage et promotion du dépistage.

En mai 2020, une trentaine de sociétés de rédacteurs ont dénoncé une rubrique intitulée « Désinfox Coronavirus » lancée par le gouvernement. Ces journalistes arguaient que « L'Etat n'est pas l'arbitre de l'information ». Le site a été supprimé quelques jours plus tard. De toute évidence, l'INCa n'a pas retenu la leçon.

Espérons que les scientifiques, les médecins, les journalistes et tous les citoyens sauront se mobiliser pour obliger l'INCa à renoncer à son projet de censure. Comme les journalistes ont obligé l'Etat à renoncer à son projet « Désinfox Coronavirus ».



Dernière mise à jour le 12/09/2021

,